Inauguration de Visages du monde

L’inauguration de Visages du monde, nouveau lieu culturel multi-fonctions de la ville de Cergy, est programmée le 9 février 2013. Après avoir travaillé sur la définition de l’activité numérique du lieu, je suis missionné pour la programmation artistique de sa soirée d’inauguration, sur le volet « arts numériques », pensé pour nourrir la découverte du bâtiment par les visiteurs, habitants de Cergy après la diffusion d’un grand spectacle musical et dansé à l’extérieur du lieu. L’événement accueille plusieurs milliers de personnes. Trois mille parviendront à visiter l’équipement ce soir là.

L’événement fait l’objet d’une bonne couverture presse. La chaine consacrée au jeu vidéo « No Life » y consacre un reportage. Marie Lechner de Libération vient à la rencontre d’Antonin Fourneau pour l’occasion et en profite pour raconter son expérience du lieu. C’est Un nouveau Visages du monde à Cergy

Sur le fond, cette inauguration est l’occasion de poser les 3 thématiques prioritaires pour le projet « arts numériques » du lieu :

  • le jeu vidéo abordé comme support artistique et culturel
  • le rapprochement arts numériques & street culture (danse hip-hop notamment)
  • les arts numériques comme formes permettant l’exploration du monde

La partie numérique de la programmation s’ouvre avec l’inauguration et dure près de quinze jours.

Je fais d’abord le choix d’inviter Antonin Fourneau, artiste que je connais déjà pour avoir programmé 2 de ses installations à Beauvais. Pour Cergy, je profite de la taille du bâtiment et des moyens disponibles pour lui proposer de présenter un ensemble de pièces. Nous sommes sur le mode de l’exposition monographique dans un lieu qui n’est pas à proprement parler un espace d’exposition. Son travail sur l’idée de détournement est intéressante pour affirmer l’idée d’exploitation artistique du lieu, au delà de ses caractères fonctionnel et rutilant. Par ailleurs, Antonin est à la frontière entre l’art contemporain et le jeu vidéo. Ses projets passent par la modification de jeux existants : des contrôleurs au signal. Cela colle parfaitement à une des priorités que je souhaite affirmer pour le lieu: le jeu vidéo et ses expérimentations.

sallearcadetemporaire

Parallèlement, Antonin a développé Water Light Graffiti, un projet qui renvoie au croisement culture hip-hop / arts numériques : un autre des enjeux de développement du projet numérique du lieu.

Water Light Graffiti by Antonin Fourneau, created in the Digitalarti Artlab from Digitalarti on Vimeo.

A l’occasion de l’exposition, Nicolas Nova du Near Futre Laboratory signe aussi un article de présentation du travail d’Antonin.

Sous l’angle arts numériques, je propose une installation de Joanie Lemercier du label Anti-VJ. Prendre contact dès l’ouverture avec cette grosse structure de production et de diffusion d’installations numériques me parrait utile pour l’avenir du projet. Pour l’avoir découvert lors de Scopitone, le volcan islandais de Joanie Lemercier est installation vidéo d’une grande maitrise esthétique, narrative et technique.

EYJAFJALLAJOKUL / Joanie Lermercier / festival Scopitone 2012 from stereolux on Vimeo.

 

Nous présentons aussi l’exposition de jeux vidéo Menaces sur la ville avec Tony Fortin, coordinateur d’un Cahier du jeu vidéo (ed. Pix’n love) baptisé Légendes urbaines. Voici la « une du fanzine » pensé comme un guide d’analyse de l’exposition.

The-daily-doom

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :