Le saloon des enfants

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A l’occasion de la 4e édition du  Festival Hey Gamins, organisé par l’Astrolabe, sur la base de loisirs de Chécy, avec quelques camarades de 2 associations (la Ressource AAA et le Café des enfants d’Orléans), nous enteprenons la création d’un saloon à partir de matériaux de récupération : palettes de chantier, portes et plateaux circulaires récupérés aux Monstres, veilleries déposées à la Ressourcerie. Un comptoir, des tables et chaises, le tout à hauteur des enfants (de 3 à 10 ans) sont bidouillés en quelques heures, la veille du festival.  La façade du saloon (en morceaux de palettes) et sa porte à deux battants est la pièce complexe de la construction. Pas simple d’assembler des demi-palettes pour monter à 2,50 m de haut sans prendre aucun risque sur la sécurité des enfants. Mission accomplie !

L’événement aura aussi été l’occasion de tester plusieurs choses : le croisement de 2 logiques associatives (une ressourcerie et un café des enfants) et le processus de construction : d’une préparation que j’ai partagée avec Lucile Heurtevin, salariée de la recyclerie d’Orléans (récupération de matériaux, préparation d’objets de décoration…) à la construction assurée par des bénévoles, avec leurs enfants. Pour bien faire, il faudrait associer les enfants en fin de construction : sur la finalisation des constructions, le décor et l’agencement de l’espace.

Parti de la construction d’un « comptoir en palettes » à hauteur d’enfants, pour certains rendez-vous du Café des enfants d’Orléans, le projet dévéloppe un dispositif qui donne de l’autonomie aux « gamins » qui jouent tous les rôles : clients, serveurs, barman… L’ensemble se veut ludique et pas seulement décoratif. Exemple : la porte à double battant a retenu des enfants de 1 à 3 ans pendant plusieurs heures. Avec le bar « autogéré » par les enfants, les cartes à jouer et jetons placés sur chacune des tables, l’ensemble produit l’effet escompté. Pour une prochaine fois, il faudra tenter de démultiplier les dimensions ludiques de l’installation. Pourquoi pas un clavier, un piano mécanique ou d’autres instruments de musique, d’autres jeux anciens, une véritable bibliothèque…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :